Cette maman meurt après avoir appris que les symptômes du cancer étaient un effet secondaire « normal » de la contraception

En dépit de plusieurs symptômes d’alerte sur son état de santé, une infirmière aurait rassuré Alexandra en lui expliquant que ces derniers n’étaient que des effets secondaires “normaux” liés à sa contraception. Quelques mois plus tard, la femme a réalisé son premier frottis de dépistage. Elle a été diagnostiquée d’un cancer du col de l’utérus.

Ce n’est qu’après avoir effectué son premier frottis qu’Alexandra a reçu le bon diagnostic. Elle a entamé une chimiothérapie et une radiothérapie, un mois après l’annonce de sa maladie. Malheureusement, la tumeur a continué à grossir, en dépit d’autres traitements. La jeune mère a ensuite été informée qu’elle devrait se faire opérer pour retirer ses organes reproducteurs, son intestin, une partie de son vagin et porter une poche de stomie. Toutefois, l’opération n’a pas pu avoir lieu car la tumeur touchait sa paroi pelvienne et était trop dangereuse pour permettre une intervention chirurgicale. Alexandra a fini par mourir de la maladie quelque temps plus tard. Sa soeur lui a rendu hommage en révélant qu’elle était courageuse, forte et déterminée. “Elle s’est battue jusqu’à la fin”, a-t-elle conclu.

Le professeur Xavier Carcopino, gynécologue-obstétricien, ajoute que malheureusement, les douleurs qui se manifestent dans la région pelvienne signifient généralement que le cancer est déjà à un stade avancé. Dans ce sens, il est important de se faire dépister,  d’autant plus que 90% des cas pourraient être évités s’ils sont détectés à un stade précoce. A savoir que le test est recommandé aux femmes âgées de 25 à 65 ans ayant déjà eu des relations sexuelles, ainsi qu’après la ménopause.

Ce livre permet de se soigner naturellement. Plus de 150 affections y sont répertoriées.De « abcès » à « Yeux irrités » des centaines de remèdes y sont dévoilés en utilisant des solutions naturelles.Il est offert gratuitement en ce moment pour tous nos lecteurs

Read more @ santeplusmag